Dans la presse

Quelle prise en charge des victimes de mariages forcés ?

LA LIBRE.BE
Société
Quelle prise en charge des victimes de mariages forcés ?
Stéphanie Bocart

Mis en ligne le 13/11/2010

http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/622910/quelle-prise-en-charge-des-victimes-de-mariages-forces.html

L’accompagnement spécifique des victimes de mariages forcés fait défaut. La députée Fatoumata Sidibé (FDF) a déposé une proposition de résolution.
L es mariages forcés, arrangés, subis, précipités sont une réalité que vivent chaque année des jeunes issus de l’immigration. Et bien que cette réalité soit difficile à cerner statistiquement, des études permettent de définir quelque peu l’ampleur du phénomène en Belgique. Ainsi, selon une étude réalisée par l’ULB en 1999 auprès des femmes marocaines et turques de Bruxelles et de la Flandre, 27 % des femmes sondées âgées de plus de 40 ans déclarent avoir été victimes d’un mariage forcé.

En 2004, l’UCL a également mené auprès de 1 200 élèves de 15 à 18 ans une enquête sur "les aspirations et attentes des jeunes envers le mariage". Résultats ? 23 % des jeunes interrogés ont reconnu avoir été concernés de près ou de loin par le phénomène des mariages forcés; 7 % ont admis avoir eu connaissance d’un mariage forcé dans leur famille et 16 % ont constaté de telles pratiques dans leur entourage.

Interculturalité

Brèves
http://www.lalibre.be/actu/belgique/article/630011/breves.html

M. Co.

Mis en ligne le 15/12/2010

Interculturalité

Le FDF va proposer un pacte de citoyenneté

Les conclusions des assises de l’interculturalité menées par le gouvernement s’apparentent à un retour en arrière. C’est ce qu’a estimé Fatoumata Sidibe lors de la présentation des "rencontres citoyennes" qu’organise le FDF en vue de formuler des propositions pour améliorer le "vivre ensemble". La coordinatrice de ces rencontres vise avec une certaine véhémence l’interdiction du port de signes confessionnels limitée aux années antérieures à la quatrième secondaire, recommandée par les assises. Son parti prônant l’interdiction totale, rappelle la jeune femme. La démarche du FDF vise à élaborer une série mesures fortes en vue de réduire la discrimination à l’embauche, promouvoir la citoyenneté ou encore améliorer le dialogue entre les cultures dans le milieu scolaire. Il s’agirait d’un "pacte de citoyenneté" à opposer aux forces politiques qui promeuvent "le repli identitaire et le nationalisme fondé sur la discrimination et l’exclusion".

Communiqué de presse du RAPPEL

Le R.A.P.P.E.L. a pris connaissance avec grand intérêt des articles publiés dans la presse suite à la défense de la thèse de doctorat de Leïla El Bachiri, chercheuse du centre de sociologie de l'Université libre de Bruxelles, sur la radicalisation d’une partie de la jeunesse musulmane.
Le R.A.P.P.E.L. relève tout particulièrement l’appel de la chercheuse à l’instauration d’un enseignement de l’histoire de la philosophie, du fait religieux et du féminisme. Cette proposition rejoint tout à fait la position du R.A.P.P.E.L., qui plaide depuis sa création pour le remplacement des cours de religion et de morale non confessionnelle, qui segmentent les élèves en fonction de leurs convictions religieuses, par un cours commun à tous les élèves.
Le R.A.P.P.E.L. estime en effet que les cours dits « philosophiques », reflets d’intérêts catégoriels, sont dépassés, et souhaite une école où la méthode scientifique et le libre examen prévaudraient sur les spécificités culturelles, philosophiques et religieuses de chacun.
Face au danger toujours réel de dogmatisme et d’obscurantisme, face à la méconnaissance de l’autre, génératrice des opinions préconçues et de l’intolérance, le R.A.P.P.E.L. estime que l’école a le devoir de favoriser le débat et la confrontation d’idées, la remise en cause des pseudo-certitudes et l’ouverture à l’autre. Pour ce faire, il est urgent de concevoir un lieu où tous les élèves, sans distinction aucune, se trouveraient rassemblés autour d’un projet essentiel : celui de faire de chacun un citoyen libre, responsable et jouissant d’une conscience autonome douée d’esprit critique.
 
Pour le R.A.P.P.E.L.,
 
Philipp Bekaert
Yvan Biefnot
Chemsi Cheref-Khan
Farouk El Boustami
Catherine François
Nadia Geerts
Lara Herbinia
André Nayer
Michèle Peyrat
Philippe Schwarzenberger
Fatoumata Sidibé
Larissa Van Halst

Intensifier les campagnes de prévention SIDA en Région bruxelloise

Communiqué de presse - 30 novembre 2010

Fatoumata Sidibe veut intensifier les campagnes de prévention SIDA en Région bruxelloise

Les derniers chiffres concernant l’évolution du Sida en Belgique sont sans ambiguïtés : si le nombre d'infection au VIH n'a jamais été aussi élevé en Belgique en 2009 (1.115 nouveaux cas selon l'Institut scientifique de santé publique belge), le nombre de diagnostics du virus du sida, lui, a tendance à se stabiliser (entre 1000 et 1115 cas par an depuis 2004).

Quelle prise en charge des victimes de mariages forcés ?

Quelle prise en charge des victimes de mariages forcés ?
Vous trouverez en clicquant ici l' article dans la Libre Belgique de ce samedi 13  novembre 2010 concernant ma proposition de résolution visant à créer des structures d’accueil spécifiques pour l’accompagnement des victimes de mariages forcés, contraints ou subis.

Plaintes pour maltraitance aux seniors en 2009

Le Vif  Belga Politique » Bxl: plus de cent dossiers ouverts au SEPAM sur plaintes pour maltraitance aux seniors en 2009 .

28 mai 2010 à 15h30

Bxl: plus de cent dossiers ouverts au SEPAM sur plaintes pour maltraitance aux seniors en 2009
(Belga) Le Service bruxellois d'Ecoute pour Personnes Agées (SEPAM) créé en janvier 2009, a ouvert en un an plus de cent dossiers à la suite de plaintes pour maltraitance, a affirmé vendredi le secrétaire d'Etat bruxellois Emir Kir.

La Libre.be > Actu > Bruxelles > Article
Journée internationale des droits de la femme

Les droits des femmes au cœur du parlement
Stéphanie Bocart

Mis en ligne le 08/03/2010

Parlement régional, Cocof et VGC dédient leur séance des 5 et 12 mars aux droits des femmes. Une proposition d’ordonnance est déposée.
Comme chaque année depuis 1977, le 8 mars est consacré "Journée internationale de la femme". Et si les femmes ont vu, à force de ténacité, leur condition s’améliorer quelque peu, les acquis restent toutefois très fragiles et les avancées à concrétiser très nombreuses. Aujourd’hui encore, 70 % des femmes demeurent confrontées à la violence au cours de leur vie; l’accès aux marchés du travail et à une profession décente reste limité pour les femmes (en 2008, la population active comptait ainsi 52,6 % de femmes pour 77,5 % d’hommes); une femme sur cinq peine pour s’en sortir financièrement en Belgique;

C’est parce que les parlementaires bruxelloises, tous partis démocratiques confondus (majorité et opposition, francophones et néerlandophones), se savent "privilégiées" qu’elles ont à cœur de profiter de leur statut pour relayer au sein de leur assemblée - Cocof, VGC et parlement régional bruxellois - les combats de toutes les femmes.

Pénurie de grands logements

http://www.lalibre.be/actu/bruxelles/article/561841/penurie-de-grands-lo...
St. Bo.

Mis en ligne le 10/02/2010

Interpellé hier en commission du Logement du parlement bruxellois par la députée Fatoumata Sidibé (FDF), le secrétaire d’Etat au Logement Christos Doulkeridis (Ecolo) a dressé un état des lieux du manque de logements pour les familles nombreuses en région bruxelloise. Ainsi, alors que 30 000 ménages sont en attente d’un logement social, 15 % des demandes en attente concernent les logements de 3 chambres. Or, ces logements représentent près d’un quart (22 %) des logements occupés dans le patrimoine existant. Idem pour les logements de 2 chambres qui représentent 40 % de l’offre et 28 % de la demande. "Le manque se fait davantage apparent au niveau des logements de 4 chambres et plus", rapporte encore Christos Doulkeridis. De fait, "11 % des demandes pour un logement social concernent ce type de logement alors que le patrimoine ne comprend que 4 % de logements de cette catégorie". Par ailleurs, "il manque des logements d’une chambre puisque 47 % de la demande concerne ce type de biens qui représentent 33 % de l’offre existante".

Autre élément qui intervient dans la diminution de l’offre de grands logements : les travaux de rénovation structurelle. Ainsi, entre 1989 et 2007, on note une régression de 835 logements de 3 chambres; de 11 logements de 4 chambres et de 12 logements de 5 chambres, "soit un total de 858 logements en moins de 3 chambres et plus".

Pages