Des signes religieux dans les bureaux de vote ?

Prise de position du Réseau d'Action pour la Promotion d'un Etat Laïque
Des signes religieux dans les bureaux de vote ?
Carte blanche publiée dans La Libre Belgique, le 06/07/2010.

La séparation des Eglises et de l’Etat est l’un des fondamentaux de la démocratie moderne. Une séparation qui, en Belgique, reste bien mal assurée. Nous en avons eu un nouvel exemple lors des élections fédérales du 13 juin dernier, où des signes religieux étaient présents dans l’enceinte même des bureaux de vote. Dans l’un de ceux-ci, un crucifix décorait les murs, que la présidente du bureau a en outre refusé d’ôter. Or, la présence de signes religieux dans un bureau de vote contribue de toute évidence à « confessionnaliser » un espace qui, étant dévolu à la chose politique, devrait être protégé de toute immixtion du religieux. Les tribunaux, les administrations publiques, les écoles officielles et les bureaux de vote sont des lieux symboliques au sein desquels il est impératif que nul signe religieux ne puisse donner l’impression que le jugement, le suffrage, le service à l’usager ou l’instruction se font sous le regard d’un dieu. La présence d’un crucifix contrevient à ce principe. Dans plusieurs bureaux de vote, à Bruxelles et à Liège, des assesseures, voire des présidentes de bureau, portaient en outre le voile islamique. Un voile qui, chez certaines, ne laissait voir que le visage, évoquant par là les tenues imposées aux femmes musulmanes dans certaines dictatures islamistes comme l’Iran. Et dans deux bureaux de vote, à Schaerbeek et à Saint-Josse, sur six membres du bureau, trois étaient des assesseures voilées. Dans un contexte où des partis confessionnels se présentent au suffrage de l’électeur, et où le port du voile peut être interprété aussi bien comme un signe religieux que comme un signe politique, l’affichage d’un tel symbole ne nous paraît pas souhaitable. De la part de citoyens assermentés, il nous semble nécessaire d’exiger, tant dans l’apparence que dans le service rendu aux électeurs, une stricte neutralité quant à l’expression des convictions politiques comme religieuses. Depuis 2004, année où le Ministre de l’intérieur de l’époque, Patrick Dewael, avait manifesté son intention d’interdire aux membres des bureaux de vote les « emblèmes de toute religion comme, à titre d’exemple, la croix chrétienne, la kippa juive ou le turban hindouiste », aucune disposition n’a été prise pour assurer la neutralité des bureaux de vote. Alors qu’en 2006, le ministre-président de la région bruxelloise, Charles Picqué, avait envoyé aux membres des bureaux de vote les instructions suivantes : « En vue de garantir la liberté de l’électeur dans son choix démocratique, la manifestation extérieure de toute forme d’expression politique, philosophique ou religieuse est interdite pour les membres des bureaux électoraux », il avait ensuite fait machine arrière, laissant la question du voile « à l’appréciation du Président du bureau ». D’une manière similaire à ce qui se passe sur le terrain scolaire, le politique s’est donc défaussé de sa responsabilité sur l’autorité locale (le président de bureau vs le chef d’établissement). Et aujourd’hui, il reviendrait donc à des présidentes de bureau elles-mêmes voilées d’évaluer si le port du voile par leurs assesseures blesserait ou non le principe de neutralité ! Nous estimons quant à nous qu’il est urgent d’adopter une disposition légale définissant les règles relatives à la neutralité dans les bureaux de vote, disposition fondée sur le refus de toute immixtion du religieux dans la sphère du politique à l’heure d’exercer nos choix citoyens. Pour le R.A.P.P.E.L. Philipp Bekaert Yvan Biefnot Farouk Boustami Elie Cogan Gisèle De Meur Sophie François Nadia Geerts Lara Herbinia André Nayer Michèle Peyrat Philippe Schwarzenberger Fatoumata Sidibe Jamila Si M’Hammed Georges Verzin Willy Wolsztajn

Catégorie: