Je suis laïque

Je prône la laïcité de l’Etat.  

La laïcité de l’Etat établi clairement la séparation entre l’Etat constitué par la sphère publique, qui appartient à toutes les citoyennes et à tous les citoyens, et le domaine des croyances ou non-croyances personnelles  qui relèvent de choix propres à chacune et chacun.

La laïcité est différente de l’athéisme, des catholiques, des juifs, des musulmans  adhèrent d’ailleurs au principe de la laïcité de l’Etat. L’athéisme est une doctrine[2] qui ne conçoit pas l’existence de quelque dieu, divinité ou entité surnaturelle que ce soit.

La laïcité est garante de la liberté religieuse. Elle garantit la liberté de conscience, la liberté de croire ou de ne pas croire. Préserver une sphère publique où ce ne sont pas les religions qui imposent leur loi, c’est garantir un espace de liberté pour tous.

La laïcité de l’Etat, c’est le principe essentiel que l’autorité de l’Etat est supérieure à toute autorité religieuse, que la loi civile, la loi votée par les représentants du peuple, s’impose à tous, quelles que soient les convictions religieuses ou philosophiques et que les convictions religieuses ou philosophiques ne peuvent pas contrarier l’application de la loi commune à tous. C’est un principe essentiel auquel les FDF sont attachés.

 

Pourquoi est-il nécessaire d’inscrire la laïcité dans la Constitution belge ? La Belgique n’est pas constitutionnellement un Etat laïque. Aujourd’hui, nous vivons dans un monde de globalisation, de mondialisation. Nous sommes en présence de groupes culturels, religieux, ethniques qui revendiquent chacun une place dans la sphère publique, ce qui est tout à fait légitime.

 La question qui se pose est de savoir si la sphère publique doit se plier aux exigences des uns et des autres en mettant à mal l’égalité qui est le principe fondateur au risque de voir les particularismes et les revendications culturelles et/ou religieuses mettre à mal le vivre ensemble. L’Etat a le devoir et le droit de fixer les règles pour toutes et tous permettant à chacun de partager respectueusement un espace commun. C’est aussi cela la citoyenneté. Non pas des droits et devoirs différents sous prétexte d’appartenances culturelles, convictions religieuses et philosophiques mais l’acceptation des mêmes droits et devoirs pour tous. Il ne s’agit de nier le droit à la différence mais de l’articuler au vivre ensemble. Les FDF ont été les premiers à vouloir l’inscription du principe de laïcité de l’Etat dans la Constitution belge et dans les dispositifs légaux des entités fédérées. C’est à notre sens la seule voie possible pour préserver le pluralisme,  permettre la coexistence de toutes les convictions religieuses ou philosophiques et garantir la neutralité des services publics.
 
Dans la vie de tous les jours, qu’apporterait l’application du principe de la laïcité ?
Par rapport à l’interdiction des signes d’appartenance religieuse ou philosophique dans la sphère publique, tant le Conseil d’État,  les Cours et tribunaux, qui ne statuent guère sur le fond, ne cessent de mettre en garde  les politiques  sur le fait que ni les règles décidées par des instances administratives, les Conseils communaux ou provinciaux, ni les règlements d’ordre intérieur des écoles, ne disposent de la normativité suffisante pour limiter la liberté religieuse. Seul le législateur peut limiter la liberté religieuse. Tant qu’il n’interviendra pas, nous irons au devant de recours et décisions hétéroclites. Cette  insécurité juridique qui fait le bonheur de ceux qui ne souhaitent pas qu’on légifère, de sorte qu’ils pourront aller  de recours en recours arguant que tout ce qui n’est pas interdit par la loi est autorisé. - Je défends la neutralité des services publics. Dans l’exercice de leurs fonctions, les personnes assumant une mission de service public se doivent de ne pas manifester, de manière ostensible, leurs convictions religieuses, philosophiques, politiques ou idéologiques. - Je préconise l’interdiction légale du port de signes d’appartenance culturelle, religieuse ou politique dans l’ensemble des établissements scolaires de l’enseignement obligatoire de  la communauté française  et du réseau officiel subventionné. - Je suis pour une école doit dispenser la pensée philosophique et l’histoire comparée des religions.
 
Je vous invite à consulter mes cartes blanches publiées dans la presse.

•Je déclare que le voile est le symbole d’un projet politique totalitaire  – Carte blanche publiée dans Le Soir du 23 mars 2010

•Réfléchissons à la manière de gérer l’islam chez nous en pensant au Mali… Carte Blanche publiée  le 18 janvier 2013 dans l’édition électronique du Journal Le soir section opinions

•Un fonctionnaire est-il un panneau d’affichage religieux ?
Carte blanche parue dans Le Soir du mercredi 8 janvier 2014