Le vélo au féminin

Parlement régional

QUESTION ORALE DE FATOUMATA SIDIBÉ À M. PASCAL SMET, MINISTRE DU GOUVERNEMENT DE LA RÉGION DE BRUXELLESCAPITALE, CHARGÉ DE LA MOBILITÉ ET DES TRAVAUX PUBLICS - 20 mars 2017. La réponse est disponible ici.
Concerne :  "le vélo au féminin".
Il n'y a jamais eu autant de cyclistes à Bruxelles. Ainsi, l'Observatoire bruxellois du vélo vient de révéler qu'en 2016, les cyclistes étaient 30% plus nombreux dans les rues de Bruxelles que l'année précédente. C'est surtout entre mai et septembre derniers que cette augmentation a été significative, selon les comptages réalisés par l'asbl Pro Velo. Elle y voit une conséquence des attentats.

Ainsi, après le 22 mars, la hausse a surtout été remarquée sur les axes correspondant aux lignes de métro
passant par la station Maelbeek, l'une des cibles des attentats.
D'autres facteurs probables sont la fermeture des tunnels, la création du piétonnier et, bien sûr, la clémence
du temps estival. Selon les constats, le carrefour Mérode est sans conteste le point de passage le plus important, avec 760 cyclistes par heure en moyenne. La rue de la Loi (692 cyclistes) et l'avenue de la Couronne complètent le trio de tête des moyennes annuelles. Vous avez annoncé votre volonté de faire encore grossir ce peloton.
Au-delà de ces constats, qui montrent que la pratique du vélo peut constituer une réelle solution alternative en termes de mobilité, je voudrais discuter du vélo au féminin. Des statistiques sur la pratique et les ventes montrent qu'il ne cesse de progresser depuis quelques années. Si le vélo peut encore conquérir des utilisateurs, c'est donc aussi du côté des femmes qu'il faut agir.
Un regard sur le passé nous rappelle que les femmes ont dû conquérir de haute lutte le droit de pédaler, à la fin du 19e siècle et au début du 20e siècle. Dans certains pays, le vélo reste mal perçu quand il est utilisé par les femmes. Comme tout outil de mobilité, il est en effet un instrument important sur la voie de l'autonomie et de la liberté.

Les femmes ont, en outre, un rôle prédictif important en matière de mobilité au sein des foyers. Les fabricants et les experts en marketing l'ont bien compris. En vue d'inciter les femmes à recourir davantage au vélo pour leurs déplacements quotidiens, il serait bon d'intégrer les "études de genre" dans les conceptions et les projets d'urbanisme. En effet, avant de concevoir l'espace physique, l'espace social doit être analysé sous le prisme du genre.
L'objectif ultime est de concevoir, dès la phase de réflexion urbanistique, une ville dans laquelle les femmes trouvent leur place et où les aménagements piétonniers et cyclables correspondent à leurs attentes. Une ville interrogeant les femmes et portant donc une attention particulière à leurs déplacements, serait, in fine, une ville conçue pour tous et accessible à tous.
Depuis 1991, la ville de Vienne, par exemple, étudie la répartition des activités et des déplacements entre les genres à l'échelle de la capitale autrichienne. Il s'avère que la circulation automobile est surtout masculine et que les transports en commun et les déplacements à pied sont surtout féminins. Une étude semblable a été menée sur notre territoire.
Aujourd'hui, les constats sont d'une grande importance en vue de mener des politiques adaptées. Hormis ceux que j'ai cités et qui figurent dans l'étude, quels sont les axes les plus fréquentés par les cyclistes ?

  • Pouvez-vous nous rappeler les chiffres des accidents impliquant des cyclistes ? Combien de ces accidents concernent des femmes ?
  • Pourriez-vous nous dresser le bilan des actions entreprises pour rendre la ville plus cyclable ? Quels sont les aménagements cyclistes récents ? Qu'en est-il de la sécurisation des pistes cyclables ?
  • Enfin, les femmes représenteraient désormais 34,2% des cyclistes quotidiens. Pouvez-vous nous donner un état des lieux des actions spécifiques menées en leur faveur pour augmenter leur potentiel d'utilisation ?