L’état des lieux de l’EVRAS

Parlement francophone bruxellois


Interpellation de Mme Fatoumata SIDIBE, Députée bruxelloise DéFI, à Mme Céline Fremault, Ministre, chargée de la Politique d'aide aux personnes handicapées, de l'Action sociale, de la Famille et des Relations internationales - Le vendredi 30 septembre 2016.  La réponse est disponible ici. 
Concerne :  

L’état des lieux de l’EVRAS.

Envolart à propos de mon expo à la Cobalt Gallery

Septembre 2016 www.envozart.be à propos de mon exposition à la Cobalt Gallery
La galerie Cobalt à Bruxelles présente les toiles à l’huile ou à l’acrylique de Fatoumata Fathy Sidibé. Cette artiste d’origine malienne vivant à Bruxelles exprime dans ses tableaux la beauté, la puissance et l’originalité du masque africain. Ses productions reflètent précisément les formes desdifférents masques qu’elle a choisis. Il n’y a pas decomposition formelle : les masques euxmêmes sont les formes, les compositions.Les couleurs de l’artiste sont vives et chantantes, créant tour à tour des contrastes ou de riches harmonies. Dans certains cas, les couleurs forment des motifs saisissants sur la surface des masques. Dans ses masques, Fatoumata Sidibé a une démarche double. D’abord, elle transforme des objets tridimensionnels en figures bidimensionnelles. En second lieu, ces tableaux viennent au monde et vivent à leur façon, devenant « art » de plein droit (texte tiré du site de la galerie Cobalt.)

Belges et issus d'une minorité, nos élus sont-ils tous égaux ?

Octobre 2016, revue Regards : Belges et issus d'une minorité, nos élus sont-ils tous égaux ?
« Cet incident au sein d'une enceinte parlementaire censée incarner les valeurs et principes démocratiques n’est pas un simple dérapage ». C’est  le reflet de la régression raciste qui s'est installée dans de nombreuses sphères de notre société.  Il nous en dit long sur la manière dont les élus de la diversité sont parfois perçus : des élus pas comme les autres, qui occupent une place en quelque sorte illégitime.  On en est à la 2ème, 3ème génération et on continue à dire « retourne chez toi ». Jusque quand reste-t-on immigré ? J'ignore si les élus belges issus de l'immigration sont habitués à ce genre de dérapages mais il y a des milliers de citoyens d’origine plurielle qui sont confrontés au quotidien à la violence de cette expression. Le message donné est le suivant : « quoi que vous fassiez, vous ne serez jamais des Belges à part entière ».  Ce n’est pas ainsi qu’on va construire et faire société ensemble. D’autre part, il est bon de rappeler que plus que quiconque, les élus d’origine plurielle ont le devoir de faire vivre ici et au-delà de nos frontières les  valeurs démocratiques auxquels ils adhèrent en tant que citoyens.  La députée aurait-elle eu droit à ce genre de réflexion si elle avait été un homme ? Il y a fort à parier que non car sexisme et racisme se superposent et se renforcent. L'incident est peut-être clos mais « l'effet Meryame », qui a provoqué une onde de choc, nécessite  de montrer l’exemple et de poser des actes.  Finies les remarques sexistes et racistes sur les bancs et dans les locaux des parlements !  

 

Fatoumata Sidibé
Députée bruxelloise

Pages