Signes religieux dans des bureaux de vote lors des élections du 13 juin

Parlement de la Région Bruxelles-Capitale.- 17 octobre 2010

La réponse est disponible ici.

Le compte-rendu  est disponible page 19 en cliquant ici

Lors des élections fédérales du 13 juin dernier, des citoyens ont fait état de la présence de signes religieux dans l’enceinte même de certains bureaux de vote.

Dans un des cas, il s’agissait d’un crucifix décorant les murs ; crucifix que la présidente du bureau a refusé  d’enlever à la demande  d’un électeur.
Dans certains bureaux de vote à Bruxelles, on a signalé le port du voile islamique par des assesseures, voire des présidentes de bureau,  voile qui, chez certaines, ne laissait voir que le visage. Et dans deux bureaux de vote, à Schaerbeek et à Saint-Josse, sur six membres du bureau, trois étaient des assesseures voilées.

Monsieur le Ministre,  un bureau de vote étant un lieu dévolu à la chose politique, et donc protégé de l’immixtion du religieux, la présence de signes religieux donne le signal que le suffrage se fait sous l’œil de dieu et contrevient au principe de séparation du religieux et de l’Etat.

Septembre - octobre 2010

Août 2010

  • Dimanche  29 septembre à 14h
    Participation en tant qu’auteure à Art et saveur,  manifestation culturelle à l’initiative du Rotary Club de Soignies -  Site de l’ancienne abbaye de Saint-Denis.
    Le concept général est un vaste rassemblement convivial, de peintres, de sculpteurs, d’ artisans d’art, de producteurs de produits de bouche et d’ auteur(e)s.
  • Samedi 28 août de 13h à 14h devant le Palais de Justice de Bruxelles
    100 villes de par le monde contre la lapidation

Numéro vert crimes d’honneur et les mariages forcés

Parlement francophone bruxellois

Question orale de Fatoumata SIDIBE à Emir KIR, Ministre de l'Action sociale et de la Famille  - 9 juin 2010
Concerne : mise en place d’un numéro vert dans le cadre de la lutte contre les crimes d’honneur et les mariages forcés. La réponse est disponible ici

Le compte-rendu est disponible page 58 en cliquant ici

Monsieur le Ministre,

La problématique des mariages forcés est un sujet délicat et encore tabou. Peu de statistique, peu de plainte et pourtant, cette problématique constitue une réalité inquiétante en Belgique, même si l’ampleur de ce phénomène est difficile à évaluer.
Lors des débats qui se sont déroulés récemment à l’occasion de la journée de la femme j’ai déjà eu l’occasion de vous interpeller sur cette problématique. J’avais souligné combien les témoins, les proches et les associations restaient démunis face à l’insuffisance de structures de prévention, d’accueil, d’accompagnement, d’hébergement et de protection. J’avais souligné également l’importance de mettre en place des dispositifs d’information à destination des familles, des pères, des frères, des oncles mais également d’accompagner les jeunes filles en situation d’urgence. En effet, bien souvent, elles ne savent pas à qui s’adresser pour échapper à ces pratiques et obtenir protection et sécurité.

Pages